13/12/2018

La France veut en finir avec la malédiction des demi-finales de l'EURO

PRESENTATION DEMI-FINALE : Les hôtes de l'EHF EURO 2018 ne sont qu'à deux victoires de réussir le doublé Mondial-EURO, mais vont d'abord devoir écarter les Pays-Bas en demi-finale

L'équipe de France et Olivier Krumbolz. Photo: Jure Erzen / kolektiff

Le public du Hall XXL de Nantes a dit au revoir à ses favorites avec une standing-ovation mercredi, après que la France ait disposé de la Serbie par dix buts d'écart, ce afin de valider sa place en demi-finale de l'EHF EURO 2018.

La fête devrait être de nouveau au rendez-vous à l'AccorHotels Arena ce vendredi si la France arrive à faire un nouveau pas dans sa quête du titre européen après avoir été couronnée championne du monde en décembre, et après avoir remporté le bronze à l'EHF EURO 2016.

Mais le challenge ne va pas être des plus simples pour les filles d'Olivier Krumbholz, qui vont faire face à une équipe néerlandaise qui a su passer outre l'absence de nombreuses joueuses clés pour atteindre sa deuxième demi-finale de suite à l'EHF EURO, après avoir atteint la finale il y a deux ans.

DEMI-FINALE
Pays-Bas vs France
Vendredi 14 Décembre, 21h00 heure locale, live sur ehfTV.com

Pour l'instant, tout se passe bien pour les hôtes. La France a lancé son tournoi avec une défaite contre la Russie, championne olympique, il y a deux semaines, et ont vécu un vrai test lors de leur match nul 21:21 contre la Suède au tour principal, mais n'ont jamais dévié de leur chemin vers les demi-finales.

"Nous savons que nous avons beaucoup de pression sur les épaules et je crois que nous prenons la pression du bon côté" dit l'ailière gauche Siraba Dembele Pavlovic. "C'est un bon sentiment car nous pouvons bien jouer, nous pouvons mal jouer mais tout le monde est toujours derrière nous. Cela nous donne de la force."

Que réserve la suite pour les hôtes ?

La France doit briser la malédiction lors de sa quatrième demi-finale à l'EHF EURO après avoir perdu ses trois premières rencontres: en 2002, 2006 et encore en 2016.

D'un autre côté, leurs adversaires savent comment l'emporter dans le dernier carré : les Pays-Bas n'ont participé qu'à une demi-finale de l'EURO par le passé, mais ils l'ont remportée il y a deux ans en Suède.

Cependant, les autres statistiques parlent en faveur de la France, qui mène neuf à six dans les face à face. Les Pays-Bas ont remporté la dernière confrontation, lors du tour préliminaire de l'EHF EURO 2016, mais la France l'avait battue deux fois aux Jeux Olympiques de Rio quelques mois auparavant.

"L'équipe a évolué lors de ces deux dernières années. Pas seulement les jeunes joueuses mais aussi les plus expérimentées, celles qui sont à un âge médian. L'équipe est très complète et le groupe est efficace" dit le coach français Olivier Krumbholz.

En atteignant les demi-finales pour la cinquième fois de suite dans une grande compétition, les Pays-Bas ont déjà rempli leur objectif. En arrivant en France, l'entraineur Helle Thomsen et son équipe n'était pas sûrs de leur position, alors que les expérimentées pivots Yvette Broch (retraite) et Danick Snelder (blessure au dos) étaient absentes.

Pour rendre les choses encore plus compliquées, la demi-centre Nycke Groot a été touchée à la tête lors du premier match du tour principal face à la Roumanie et n'a pas joué plus de dix minutes depuis.

Mais les obstacles n'ont néanmoins pas arrêté les Néerlandaises. Même si elles ont subi une lourde défaite face à la Norvège, elles ont sinon réussi une campagne parfaite.

"L'équipe m'a surprise" dit la coach Thomsen. "Quand nous avons commencé les entrainements aux Pays-Bas, j'ai tenté de mettre au poste une pivot qui n'avait jamais joué pivot auparavant. J'ai beaucoup de respect pour les filles. Nous avons perdu de 13 buts contre la Norvège mais elles se sont relevées dès le lendemain. J'aime les filles qui peuvent faire ça."

Lors du match de vendredi, la performance défensive sera la clé pour les deux équipes puisque, de toutes les équipes qualifiées pour le tour principal, la France (118) et les Pays-Bas (126) ont concédé le moins de buts depuis le début de la compétition. Ceci grâce, également, à leurs superbes gardiennes, Amandine Leynaud et Laura Glauser côté français et Tess Wester pour les Pays-Bas.

En revanche, côté offensif, la France a clairement l'avantage sur les Pays-Bas (67% et 166 buts contre 57% et 162 buts).

"Bien sûr, sur le papier, la France a l'équipe la plus forte" dit Thomsen. "Mais on n'est jamais sûr de rien quand on commence un match. Nous allons jouer, sept contre sept pendant 60 minutes. Après, nous verrons bien."

 

 

written by Eric Willemsen / cg