16/12/2018

Les secrets du titre historique des Françaises

ANALYSE : La France a gagné sa quatrième médaille consécutive dans une compétition internationale dimanche soir. Qu'est-ce qui amène les championnes du monde et d'Europe sur le chemin du succès ?

France captain Siraba Dembele Pavlovic kisses the European Championship's plate. Photo: Uros Hocevar / Kolektiff Images

Véritablement le handball français connait son âge d'or. Après plusieurs années où les hommes ont remporté le titrelors de chacune des compétitions internationales, les joueuses de l'équipe de France sont devenues de redoutables adversaires pour quiconque les affronte. 

Dimanche soir, dans une AccorHotels Arena de Paris pleine à craquer, les Françaises ont marqué l'histoire en remportant leur premier titre européen grâce à leur victoire sur la Russie. Le trophée de l'EHF EURO 2018 a été soulevé presque un an jour pour jour après leur second titre mondial.

La France fait désormais partie du cercle restreint d'équipes ayant gagné le titre mondial et européen à la suite, avec la Norvège et le Danemark. En plus de cela, les Bleues avait décroché une historique médaille d'argent au JO en 2016 et une médaille de bronze à l'EHF EURO 2016. Quel est le secret des Bleues dans ces succès ? 

Le retour de l'ingénieux Krumbholz

En 2015, lors du championnat du monde, la France se classe 7ème après avoir été éliminé par les Pays-Bas en quart de finale. A la suite de cette compétition, Olivier Krumbholz, qui a quitté le poste en 2013, reprend du service et engendre de nets progès dans les résultats des Bleues. Dès lors, Krumbholz mène la France vers une médaille dans chacune des compétitions internationales, mais la finale de dimanche à Paris était d'autant plus spéciale : "C'est la plus incoryable des équipes que je n'ai jamais coaché en termes d'émotions", dit-il. 

Les joueuses de l'équipe de France disent, depuis le retour du coach, qu'il est devenu plus collaboratif et ouvert avec le groupe. Krumbholz compte désormais 10 médailles glanées avec la France, mais l'image des 4 titres lors des deux dernières années et demi est particulièrement impressionnante et montre l'effet de son changement d'approche. 

Aucune joueuse laissé sur le banc

Quand la France a été championne du monde en 2017, aucun joueuse n'est restée sur le terrain plus de 37 minutes lors de la finale. Pour la finale de l'EURO 2018, toutes les joueuses sont entrées en jeu. Krumbholz fait largement tourner son effectif, partageant les responsabilités et assurant aux joueuses de ne pas avoir trop de pression. Mais il y a eu deux joueuses qui ont un peu plus joué que les autres dimanche soir dont une joueuse qui considère elle-même que le temps de jeu est une des clés de la force des Bleues, Estelle Nze Minko.

La seule joueuse ayant plus jouée que Nze Minko fut la pivot et experte de la défense, Beatrice Edwige. Elle a été sur le terrain un peu plus de 55 minutes, marquant deux buts très importants et menant la défense du pays hôte de cet EURO 2018, considérée comme la meilleure au monde. 

Leynaud - Glauser : un duo de gardiennes exceptionnelles

La membre de l'équipe All-star, Amandine Leynaud, et Laura Glauser ont fini deuxième et troisième gardiennes de l'EURO 2018 avec le même pourcentage d'arrêts, 36%. Aux JO de 2016, Glauser a terminé première avec 41% d'arrêts pendant que Leynaud terminait troisième avec 38% des tirs arrêtés.

Lorsque Glauser manque le championnat du monde 2017 en raison de sa grosesse, Amandine Leynaud ne termine qu'au neuvième rang des gardiennes avec un pourcentage d'arrêts de 35%. Mais c'est bel et bien elle qui a réalisé le dernier arrêt décisif lors de la finale 24:21 pour remporter le trophée dimanche soir. 

La défense a joué un grand rôle dans la réussite des gardiennes, mais le superbe duo Leynaud-Glauser est sans aucun doute une des raisons pour laquelle la France est aussi forte ces dernières années. Ce n'est pas une surprise que la France finisse cet EURO avec le plus petit nombre de buts encaissés, 181 en 8 matchs.

Avec cette défense, les efforts de toute une équipe, un coach intelligent qui travaille en grande collaboration avec ses joueuses et beaucoup d'émotion et de coeur : la France est indéniablement la gagnante de "son" EURO.

written by Courtney Gahan / ew