11/12/2018

Sedoykina arrête, Sedoykina marque

ACTUALITE : Toujours excellente pour arrêter les tirs, la gardienne russe a dû attendre son quatrième EHF EURO pour inscrire son nom à la liste des buteuses russes

Anna Sedoykina (1) - Women's EHF EURO 2018, preliminary round game - Group B - France - Russia in Palais des sports Jean Weille Nancy, Nancy, France 29.11.2018. Mandatory Credit © Uros Hocevar / kolektiff

Celui qui essaiera d’identifier le maillon faible dans le jeu russe à l’EHF EURO féminin 2018 ne va pas avoir la tâche facile. Les championnes olympiques, qui n’ont perdu qu’un match au tour préliminaire contre la Slovénie, sont déjà qualifiées pour le tour principal. Elles semblent invincibles quel que soit leur adversaire et son style de jeu.

Tandis qu’Anna Vyakhireva et Daria Dmitrieva gèrent à merveille le jeu offensif de la Russie, Anna Sen commande la défense, offrant une chance aux contre-attaquantes de briller, que ce soit Daria Samokhina et Polina Kuznetsova à gauche ou Iuliia Managarova à droite.

33% de chances que le tir adverse soit arrêté par Sedoykina 

Même si certaines attaques adverses arrivent à traverser le mur russe, il existe une probabilité de 33% que ces tirs soient stoppés par Anna Sedoykina, qui semble en grande forme dans cet EHF EURO. Seules la Suédoise Filippa Idehn et la Monténégrine Marina Rajcic ont réalisé plus d’arrêts (51 et 49 respectivement) que la portière russe âgée de 34 ans.

En l’emportant de façon plus que convaincante contre le Danemark (32:21), la Russie a assuré la première place du groupe I et affrontera ainsi l’équipe classée deuxième dans le groupe II, peu importe son résultat face à la Suède mercredi. Seydokina a apporté 14 arrêts et une efficacité de 41% à son équipe face au Danemark mais aussi, pour la première fois en quatre EHF EURO, elle a trouvé le chemin des filets.

« Ce n’est pas le premier but de ma carrière mais je suis quand même contente de l’avoir mis. Peut-être que je vais pouvoir en ajouter un autre » souriait la gardienne de Rostov-Don, qui prend part à son quatrième EHF EURO. Au total, elle a inscrit cinq buts sous le maillot de la Russie. Dans les derniers instants de la rencontre, elle a même eu l’opportunité d’en ajouter un deuxième à son total, mais cette fois, la défense est revenue suffisamment vite pour l’en empêcher.

« Nous savions exactement ce qui nous attendait. Un gros match. Nous avons essayé de nous préparer aussi bien que possible, nous avons analysé leur jeu et nous avons réussi à faire tout ce que nous voulions faire » a commenté Sedoykina.

Pas encore le regard tourné vers les demi-finales

Alors que huit autres équipes sont encore concernées par la course aux demi-finales, la Russie peut déjà commencer à s’y préparer. Cependant, si on en croit leur numéro un dans la cage, ce n’est pas encore le cas.

« On ne regarde pas si loin. On va encore devoir affronter la Suède et le fait que nous soyons déjà en demi-finale ne change rien. Il est trop tôt pour déjà y penser. Nous ne voulons même pas commencer au nom des équipes qui vont passer avec nous. Il y aura un moment pour cela et il n’est pas encore venu » insiste-t-elle.

« L’atmosphère dans l’équipe est très bonne. On s’aide et on se supporte mutuellement, on se prépare et on se bat en équipe. On a un but commun et on fait tout pour l’atteindre » ajoute Sedoykina.

Anna Vyakhireva, qui a également fourni une superbe performance contre le Danemark, n'a pas tari d'éloges concernant sa coéquipière à Rostov : « Il n’y a pas que contre le Danemark. Elle est importante à chaque match et elle fait un très bon boulot. Je suis très heureuse et très fière. Toutes les filles de l’équipe sont fières d’avoir une telle gardienne avec nous. En défense, c’est comme si on avait un mur derrière nous pour nous protéger. »

written by Vlado Brindzak / ew