28/09/2018

Sorina Tîrcă est-elle la prochaine star du handball roumain ?

REPORTAGE : Le nom Tîrcă a déjà fait parler de lui dans le monde du handball. Mariana est le recordman de buts pour la sélection et sa fille, Sorina, pourrait bien lui emboiter le pas.

Sorina Tîrcă taking a penalty at the Junior World Championship 2018. Photo: Dan Lixandru

Les scénarios compliqués ont jalloné l'histoire du handball roumain, et pourtant la sélection féminine s'est toujours frayé un chemin et trouvé une star pour enthousiasmer les fans et emmener l'équipe avec elle.

Cela a été le cas avec Mariana Tîrcă dans les années 90 et maitenant avec Cristina Neagu, qui est la star incontestée de l'équipe depuis dix ans.

Neagu a maintenant 30 ans et alors qu'elle ne rajeunit pas, la chasse pour la nouvelle star a débuté. Elle ne pourrait pas arriver demain, peut-être même pas avant les Jeux Olympiques de 2020 à Tokyo ou même dans les cinq prochaines années - mais une joueuse a retenu l'attention de nombreux observateurs.

Sorina Tîrcă a seulement 19 ans mais possède l'héritage, le nom et l'envie de devenir la prochaine star du handball roumain.

Elle vient d'être appelée avec sa sélection nationale avec 35 autres joueuses qui ont été divisées en deux groupes pour la semaine internationale.

Un nom avec un héritage handballistique

Sa mère, Mariana Tîrcă, a été une des meilleures joueuses roumaines de l'histoire et détient toujours le record de buts de l'équipe nationale féminine, avec 2043 buts inscrits en 335 matchs.

L'ancienne star d'Oltchim a été la première joueuse roumaine à remporter l'EHF Champions League féminine, avec Podravka Koprivnica en 1996.

"Quand Sorina est née, je jouais encore au handball. Elle a été sur le terrain depuis qu'elle avait deux ans, en sachant à peine marcher. Depuis toute petite, elle essaye de mimer ce que les joueuses font et elle le faisait de façon si naturelle. J'ai senti qu'elle pouvait devenir une joueuse de handball" explique Mariana Tîrcă.

Enfant adorant le sport, Sorina a commencé le handball à neuf ans, coachée par intermittence par sa mère, notamment à Corona Brasov la saison passée. 

"Je ne sais pas si cela a été le coup de foudre entre le handball et moi, mais j'aime vraiment ça désormais. Peut-être car je ne suis pas quelqu'un d'égoiste et que c'est un sport collectif ? Peut-être à cause de ma mère ? Je ne sais pas" dit Sorina, agée de 19 ans.

Mariana Tîrcă est certainement la meilleure demi-centre de l'histoire du handball féminin roumain, mais Sorina fait ses classes sur le poste d'arrière gauche. Plus grande, mais avec la même vision, Sorina montre quelques similarités avec la manière dont jouait sa mère, mais aussi des différences.

"En la coachant et en la regardant jouer, je ne trouve pas que son style ressemble autant au mien. Elle est plus physique, son tir est plus puissant, mais parfois, elle fait des choses que je me souviens avoir réalisées sur le terrain."

"Elle ne se prend pas la tête, elle aime improviser, changer et surprendre ses adversaiures" sourit Mariana Tîrcă.

Sorina est d'accord.

"C'est vrai, peut-être même que je sors un peu trop des sentiers battus et que ça peut rendre fou mes coachs. J'aime improviser" dit l'arrière gauche de 19 ans.

Une future star

La joueuse de Corona Brasov a l'air et pense de façon mature pour son âge : "C'est difficile mais j'essaie de me focaliser à la fois sur le handball et sur mon éducation. J'ai commencé à l'université, parce que la vie en tant que joueuse peut être courte et on ne sait pas ce qui peut arriver."

Cependant, Sorina semble avoir une belle carrière devant elle. Elle a été une partie intégrante de l'équipe nationale roumaine qui a terminé huitième au championnat du monde junior féminin en juillet, finissant meilleure buteuse de son équipe avec 47 buts.

De plus, elle a déjà été sélectionné by eurohandball.com comme faisant partie des 20 joueuses à garder à l'oeil dans le futur.

"Je n'essaye pas de savoir ce que je ferai dans cinq ans. Peut-être avec un diplome et jouant dans un club étranger. si je devais choisir, j'aimerais gagner la médaille d'or avec mon pays dans un EHF EURO" dit Sorina.

Cela pourrait ne pas se passer l'EHF EURO féminin 2018 en France, car la Roumanie est en phase de reconstruction et la concurrence sur le poste d'arrière gauche est forte, mais tout peut se passer dans les années à venir. La patience est une vertue et la jeune star va le découvrir avec les années.

"Si elle continue à avoir faim et à montrer la même passion dans le futur, elle pourrait devenir une star. elle sait déjà qu'il lui faudra travailler beaucoup, mais je suis déjà fière d'elle" conclut Mariana Tîrcă.

Photo: Dan Lixandru

written by ehf-euro.com / ts